traces.jpg

Traces

 

paysage

Traces

« Traces » est née d’un voyage hivernal à travers les montagnes islandaises. Au milieu de rien, les seuls repères rassurants dans la tempête se dévoilaient au milieu des paysages blancs. Ca et là, éparpillés, à des kilomètres les uns des autres : un pylône, une route, une maison. Malgré la sensation de désert, l’Homme est bien là. Il s’est installé, il a construit et balisé le paysage. Si intimement et pourtant suffisamment pour communiquer sa présence à ses semblables.

Quelle relation construit-il et entretient-il avec son environnement ?

Une relation de lutte ? A juste titre dans ce territoire hostile. L’homme redessine ces paysages blancs laiteux en signant son passage. Il le ponctue d’éléments métalliques et sombres et exprime ainsi sa puissance. Il laisse son empreinte. Le fabriqué, le transformé prend alors le dessus sur le sensible et la pureté du paysage vierge.

L’écriture manufacturée de l’homme et la poésie de la nature créent ensemble un nouveau langage. L’un sublime l’autre en le rendant précieux car rare. L’autre lui rappelle sa fragilité face aux éléments naturels.